12 mai 2010

La meilleure part des hommes (de Tristan Garcia)

9782070402496C'est une fiction, sur l'histoire de la découverte du Sida, ne s'attardant pas sur son côté scientifique, mais sur la manipulation du virus dans l'histoire de l'homosexualité, jusqu'à même parler de sa visée politique. C'est une journaliste hétéro à la vie un peu morne et sans rebondissements qui raconte l'épopée de trois hommes, deux homos un hétéro, politiciens, écrivains, qui enchaînent des rapports sociaux extrêmes, de l'amour à la haine, défendant tant bien que mal leurs idées sous la menace du sida.

["Quant à la meilleure part des hommes qui la gardent dans leur coeur, faute de mieux, jusqu'à la dernière heure, elle vit mais aussi elle meurt avec eux."]

***

                     Je ne suis pas une défenseuse active de la cause LGBT, il faut l'admettre. Mais certaines choses comme celle-ci ne me laissent pas indifférente. Il est vrai que sur certains réseaux sociaux que je fréquente, l'homophobie est pratiquée par des personnes bien jeunes, avoisinant les 13 ans, à l'orthographe bien hasardeuse, et pourtant, aux "idées" bien arrêtées.

                     Je pense que certaines choses se doivent d'être mises au clair. Les pédérastes (qui donne "pédé" aujourd'hui, terme bien assimilé chez les homosexuels et non "PD", terme bien assimilé chez les homophobes) étaient des grecoromains qui avaient, l'éducation de l'époque oblige, des rapports avec de jeunes gens. C'était "normal", ni bien ni mal vu. Aujourd'hui il existe l'amalgame homosexuel/pédophile. Expliqué avec les faits du passé (bien qu'aujourd'hui jamais on penserait à éduquer ses enfants de cette façon, je le conçois... et c'est une bonne chose), c'est l'expliquer avec une certaine raison. Je ne sais pas exactement quelle vertu les anciens trouvaient dans cette pratique, mais pour qu'elle ait existé aussi longtemps chez un peuple aussi philosophe, c'est qu'il devait y avoir une raison.

                     Mais la plupart des gens ne connaissent pas cette version des faits, et font cet amalgame à partir des faits divers tels que les viols pédophiles sur des garçons, avec notamment nos chers hommes d'église (film à voir, La Mauvaise Education). L'homme sans haine ne fera pas cet amalgame. C'est celui qui a déjà quelque chose contre l'homosexuel qui le pensera, parce que ça fait un argument de "poids". Oui oui, tous les homosexuels sont pédophiles, c'est bien connu. Et par principe de causalité, tous les homosexuels sont des violeurs. Or les violeurs, ce ne sont pas les homos (peut-être que certains d'entre eux oui, mais je parle en général), ce sont ceux qui les accusent de l'être. Ce sont des violeurs de droit.

***

                     Récemment j'ai parlé à un de ces homophobes, 17 ans, beaucoup d'insultes, très peu d'arguments. Mais attention, homophobie envers les hommes, parce qu'évidemment "des lesbiennes, c'est chaud". Ben oui, on ne refait pas les hommes. Il s'est avéré par la suite que ce n'était qu'un homo refoulé qui au final a essayé avec celui qui l'a destabilisé dans sa campagne homophobe et qui a aimé, et qui est aujourd'hui avec ce même jeune homme, dans une relation secrète puisque son entourage, noyé et même englué dans ses anciens propos, le lyncherait sur place.

                      Je sais évidemment que les seules personnes qui lisent ce genre d'article ne sont pas homophobes et que donc, il ne sert à rien de prôner la "tolérance", l'amour, ou autre blabla inutile sur un adulte limité. On ne peut pas changer une mentalité aussi butée, bornée que celle d'un homophobe (à moins qu'il soit un homo refoulé, la preuve plus haut). Pour vaincre cette discrimination il faut attendre que cette mentalité s'éteigne d'elle même, il faut éviter la contamination d'idées stupides et donc, agir directement sur l'éducation des enfants.

                     Peut-être avez-vous entendu parler du court-métrage "Le baiser de la lune" (au final je ne sais même pas s'il a été diffusé, si quelqu'un est au courant...). Un très joli dessin animé qui était sensé sensibiliser les enfants de primaire à l'homosexualité puisque ça parle de deux poissons du même sexe, amoureux l'un de l'autre. Quelle belle initiative coupée dans son bel élan par un très beau tâcle d'un beau-parleur : "pourquoi embêter les enfants avec ces histoires d'adultes? ". Parce que ce ne sont pas des histoires d'adultes. Rappelons-le, quand même, l'homosexualité c'est une histoire d'amour (on a tendance à l'oublier). A mon avis, dans ce monde de guerre, où la haine pointe son nez sur tous les continents, un peu plus d'amour ne se refuse pas.

                     Ce n'est pas parce que quelque chose ou quelqu'un a décidé que les enfants se feront grâce à un monsieur et une madame qu'il faut refuser que deux monsieurs ou deux madames s'aiment... L'homoparentalité est crainte pour le bon développement de l'enfant uniquement parce que la société a décrété qu'un enfant se devait de grandir entre un homme et une femme, le schéma plus que traditionaliste de la famille. Mais c'est quoi l'enfance? L'éducation, l'amour, pour préparer à la jungle de la société. Tout le monde sait qu'il y a énormément de couples hétéros qui n'apportent pas ces simples notions. Alors d'après vous, quelle est la meilleure situation? Etre issu d'un couple hétéro mais sans avoir reçu d'éducation et tomber dans la minorité, ou être issu d'un couple homo et avoir la possibilité de réussir dans sa vie grâce aux bonnes bases inculquées par ses "parents" ?

                     Encore une petite chose. Il y a bien un mot qui me fait frémir : tolérance. Cela parait contradictoire, mais s'il me fait cet effet c'est que s'il existe, c'est que l'intolérance existe. "Être tolérant envers les homos". Je vois dans cette expression une part malsaine, tout comme dans le problème du racisme, même combat. La tolérance ne devrait pas exister, elle devrait être innée et ainsi ne pas avoir à être clamée à tords et à travers...

Posté par Tchoumeries à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La meilleure part des hommes (de Tristan Garcia)

Nouveau commentaire